On voit parfois des choses impressionnantes quand on regarde la terre depuis l'espace. L'éruption du volcan aux îles Tonga il y a deux jours vu depuis un satellite montre bien l'ampleur du cataclysme (nuage de 400km !) : reddit.com/r/space/comments/s4 On y devine aussi l'onde de choc ! (ici youtube.com/watch?v=owlRuul5Tk au Fidji à 400km) Le volcan s'était en fait réveillé à la fin de l'an dernier (on le voit ici le 30 décembre avec une "petite" éruption : youtu.be/CXZNlnuDnHg)

Vous avez peut-être vu le film "Don't look up" qui narre la découverte d'une (grosse) comète qui fonce sur la terre, et les pathétiques conséquences de cette info dans les médias et le mode politique (c'est une métaphore à peine voilée sur le réchauffement climatique). Paradoxalement le film est plutôt réaliste sur cette comète, proche de l'impact des dinosaures, même si ça a bien sûr très peu de chance d'arriver. D'ailleurs vous pouvez simulez votre impact ici :
impact.ese.ic.ac.uk/ImpactEart

Alors que le James Webb a déployé avec succès son bouclier thermique (ce qui était risqué), je me demandais en voyant les images de son lancement (ici en totalité : youtube.com/watch?v=dRqHlta6lr) pourquoi ils n'avaient pas embarqué de caméras dans le télescope pour s'auto filmer ? La Nasa donne la réponse (entre autre) dans cette vidéo youtu.be/IBPNi7uGgWM?t=1509. En gros trop de différences de température, de luminosité, et de configuration (il en faudrait plein). Bref, trop compliqué vu le gain!

Le déploiement du James Webb suit son cours (suivez ici jwst.nasa.gov/content/webbLaun). L'étape importante (et risquée, elle avait donnée du fil à retordre pendant les tests au sol, cf photo) du dépoilement de la protection thermique va bientôt commencer. A noter que sur le même site on peut maintenant suivre la température du télescope, qui doit refroidir encore beaucoup plus (−233,15°) pour être utilisable.

Et voilà, le télescope James Webb est enfin parti ! Mais tout n'est pas fini, il faut maintenant qu'il se déploie et qu'il se mette en "orbite" dans un mois autour du point de Lagrange L2. Vous pouvez suivre ici en "direct": jwst.nasa.gov/content/webbLaun.
D'ailleurs si vous avez suivi le lancement, vous avez vu sur les images de la séparation le déploiement du panneau solaire très rapidement après (1h51:22 ici youtube.com/watch?v=7nT7JGZMbt). Espérerons que tout se passe bien !

Bon j'ai parlé trop vite... le tir du James Webb est reporté d'un jour au 25 décembre, toujours 13h20 ... Après tant d'années de retard, on n'est plus à ça près 😆

Et voilà tout est prêt maintenant pour le lancement du tant attendu James Webb le 24 décembre à 13h20 heure Française (vous pouvez vous connecter un peu avant à un live, celui de la NASA est déjà ouvert
youtube.com/watch?v=7nT7JGZMbt). Croisons les doigts que tout se passe bien, je bave déjà d'envie sur la moisson scientifique que permettra ce télescope spatial géant 🤤 !

Que va-t-il se passer sur en 2022 ? En résumé, d'abord peut-être le tir de James Webb (!), mais aussi des fusées géantes : le SLS (Artemis 1 avec Orion pour le tour de la lune) et le Starship de SpaceX. On attend aussi Ariane 6, la New Glenn et la Vulcan en fin d'année. Et plein de mini fusées. Dans les sondes on a la sonde Psyché (Pour l'astéroïde... Psyché), Rosalind Franklin (rover martien) et des sondes lunaires. Quelques découvertes en astrophysiques seraient cool aussi. Vivement!

James Webb ne sera pas tiré le 22, mais le 24, au mieux ! En effet il y a un soucis de communication entre le télescope et la fusée, qui demande un peu de vérifications. En attendant voici une petite vidéo qui montre comment il va se déplier dans l'espace pendant le mois qui lui faudra pour rejoindre le point de Lagrange L2 : youtube.com/watch?v=RzGLKQ7_KZ. Tout problème pouvant être fatal, ça sera un mois bien stressant ...

Alors que la Nasa a résolu les soucis d'Hubble, qui est de nouveau opérationnel, la date du lancement de James Webb (le 22 de ce mois) approche à grand pas. Le télescope a fait le plein de carburant (159l d'Hydrazine - hautement toxique - et 79l de tétroxyde d'azote - pas beaucoup mieux-) pendant 10 jours. Et maintenant il a rejoint Ariane 5 dans le bâtiment d'intégration finale. Ca approche...

Bientôt une falcon 9 européenne ? Après avoir un peu rigolé aux débuts du lanceur réutilisable de SpaceX (qui paradoxalement annonce être proche de la faillite) l'Europe du spatial est à la peine avec une Ariane 6 qui ne sera pas compétitive (1er vol l'an prochain). La France a donc proposé une mini fusée réutilisable (Projet Thémis pour le 1er étage -photo- qui devrait faire un petit vol l'an prochain, avec Prometheus le moteur) pour essayer de rester dans la course.

GJ 367b est une exoplanète "proche" (31 années lumières) découverte par le satellite Tess. Elle a la particularité d'être plus petite que la terre (72% - difficile à détecter) et beaucoup plus dense (50% de plus !), sans doute contient-elle une majorité de fer. Très proche de son étoile (un tour en 8h), elle atteint 1500° a sa surface, un bel océan de magma. Un beau sujet d'observation pour le James webb (qui partira le 22 de ce mois), car elle doit posséder une atmosphère !

Alors que le lancement du James Webb Telescope était attendu dans moins d'un mois (le 19 décembre), il va être finalement encore retardé, minimum au 22 décembre : Il y a eu un incident pendant qu'il était fixé au "launch vehicle adapter", cad le support qui le maintient sur la fusée Ariane - une attaché s'est relâchée ce qui a produit une vibration. Et pendant ce temps Hubble se remet difficilement d'un nouveau problème technique. Vont-ils arriver à fonctionner un peu ensemble ?

Cette nuit doit décoller la mission DART de la Nasa. Cette sonde très particulière doit s'écraser volontairement fin 2022 à 24000km/h sur un astéroïde (plus précisément sur l'astéroïde Dimorphos, satellite du plus gros Didymos). Ensuit en 2026 la sonde de l'ESA Hera ira voir les dégâts, et plus précisément la modification de trajectoire. La collision elle-même sera filmé par un nanosat largué juste avant !

Alors que les débris spatiaux sont un problème de plus en plus important, on apprend (de source américaine, confirmée depuis) qu'hier les russes ont détruit un vieux satellite par un missile, générant plus de 1500 débris et obligeant les astronautes (et cosmonautes!) de l'ISS a se réfugier dans leur capsule par précaution. Oui car ce satellite orbitais à peu près à la même altitude que l'ISS. C'est sans doute pour faire un test, mais c'est pas très intelligent tout de même...

Thomas Pesquet ne va pas redescendre sur terre tout de suite. En effet après quelques retards initiaux, c'est maintenant la mauvaise météo qui fait décaler l'amerrissage de crew 2 à mardi très tôt (avec un départ de l'iss ce soir 20h). A priori Thomas ne retournera pas dans l'ISS (il a fait ses 2 missions), mais s'offre à lui (et a ces collègues expérimentés) les missions Artemis vers la station Gateway (qui sera en partie européenne) et peut-être la lune ? On croise les doigts !!

Le nucléaire fait un retour remarqué dans l'espace ! Pas pour des bombes, pour de la propulsion. En réalité, l'idée avait déjà été testée (au sol) avec succès par la NASA à la fin des années 60 (projet NERVA), et l'URSS avait aussi envoyé des satellites nucléaires (pour l'énergie, pas la propulsion). L'avantage est surtout de fournir plus de poussée qu'en chimique, et donc par exemple de gagner quelques mois vers Mars. Russes et Américains semblent encore faire la course sur le sujet !

Ca y est, le SLS est complètement assemblé ! Cette fusée géante (100m de haut) de la Nasa doit ramener les américains sur la lune, et sa premier mission Artemis 1 est maintenant prévue pour février prochain ! Pour l'occasion ce tir inhabité va voir la capsule Orion (tout en haut) faire le tour de la lune et revenir. C'est moins en retard qu'Ariane 6 dont le 1er tir est reporté au deuxième trimestre de 2022...

La sonde Lucy, lancée samedi dernier, a un problème ! Un de ses immense panneau solaire (7m de diamètre chacun ! Il faut dire que le soleil est loin quand on se balade sur l'orbite de Jupiter ...) ne s'est pas totalement déployé... Et ils ne connaissent pas encore son état exact. Il va y avoir de nouvelles tentatives de déploiement très bientôt, espérons qu'elles réussissent, sinon la mission pourrait être impactée. Source : blogs.nasa.gov/lucy/2021/10/19

Vénus n'aurait jamais eu d'océan a sa surface. C'est le constat d'une simulation réalisée en France, contredisant de précédentes études. En effet, Vénus, aujourd'hui un enfer inhospitalier, aurait pu connaitre dans sa prime jeunesse des océans comme sur la terre (avec de la vie ?) avant leur évaporation. Mais il semble que non, ce qui n'est pas bon signe pour la recherche actuelle de la vie dans sa haute atmosphère. Les prochaines sondes aideront tout de même à y voir plus clair.

Show older
mstdn

The social network of the future: No ads, no corporate surveillance, ethical design, and decentralization! Own your data with Mastodon!